Notice: Undefined variable: addons in /home/southsudan/public_html/wp-content/plugins/social-warfare/lib/frontend-output/SWP_Script.php on line 332
Press "Enter" to skip to content

Posts published in “Angola”

Democratic Republic of the Congo: UNICEF DRC Humanitarian Situation Report April 2019

Source: UN Children's Fund
Country: Angola, Democratic Republic of the Congo, South Sudan

HIGHLIGHTS

• As part of World Vaccination month, 4,244 children (6months-14years) were vaccinated against measles through the RRMP mechanism

• During the month of April, 46,275 persons were provided with essential household items, and shelter materials

• Ebola outbreak: as of 14 April 2019, 1,264 total cases of Ebola, 1,198 confirmed cases and 748 deaths linked to Ebola have been recorded in the provinces of North Kivu and Ituri.

SITUATION IN NUMBERS

1,260,000 *Internally Displaced Persons (IDPs) (HPR 2019) * Estimate for 2019
7,500,000 children in need of humanitarian assistance (OCHA, HRP 2019)
1,400,000 children are suffering from Severe Acute malnutrition (DRC Nutrition Cluster, January 2019)
9,606 cases of cholera reported since January 2019 (Ministry of Health)
76,107 suspect cases of measles reported since January (Ministry of Health)

UNICEF Appeal 2019
US$ 326 Million
22% of required funds available

Situation Overview & Humanitarian Needs

• The latest nutrition surveillance and early warning system bulletin covering the period of January to March 2019, reveals that 57 (12.39%) out of 468 health zones are in alert. The most affected province is Kasai central (with 14 health zones out of 26), Kwango (8 out of 57), Sankuru and Kasai Oriental (6 for each out of 57) and Kwilu (5 out of 57). The results of nutritional surveys in the health zones of Mbulula (Tanganyika province), Kikimi and Maluku 1 (Kinshasa province) as well as the territory of Kapanga (lualaba province) have been validated. The key results are summarized in the table below:

The analysis of this table shows that the nutritional situation is considered as worrying in the Kikimi health zone in Kinshasa province with a MAG rate of 12% and a MAS of 2.3%.

• 55,ooo internally displaced persons (IDPs) and 10,000 returnees1 have been identified in Minembwe Highlands, South Kivu province following intercommunity conflicts between the Fuliro and Bembe group against the Banyamulenge Twagineho between the month of February and March 2019. As of end of April 2019, out of the identified IDPs and returnees, 10,000 persons have been covered by UNICEF interventions through the RRMP mechanism (NFI, education, WASH, and child protection) and Caritas Uvira (food security).

• During the month of April, 292 unaccompanied children were newly identified and were reported among population expelled from Angola and victims of the Kamuina Nsapu conflict from the following provinces: Lomami (63) Sankuru (60) Kasai central (169). Verification process is ongoing to provide transitional care and proceed to family research and reunification.

• Ebola outbreak: as of 14 April 2019, 1,264 total cases of Ebola, 1,198 confirmed cases and 748 deaths linked to Ebola have been recorded in the provinces of North Kivu and Ituri.

Democratic Republic of the Congo: WHO AFRO Outbreaks and Other Emergencies, Week 23: 3 – 9 June 2019; Data as reported by 17:00; 9 June 2019

Source: World Health Organization
Country: Angola, Benin, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Comoros, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Guinea, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritius, Mozambique, Namibia, Niger, Nigeria, Sierra Leone, South Africa, South Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe

Overview

This Weekly Bulletin focuses on selected acute public health emergencies occurring in the WHO African Region. The WHO Health Emergencies Programme is currently monitoring 72 events in the region. This week’s edition covers key new and ongoing events, including:

  • Malaria in Burundi
  • Measles in Comoros Islands
  • Ebola virus disease in Democratic Republic of the Congo
  • Humanitarian crisis in Central African Republic.

For each of these events, a brief description, followed by public health measures implemented and an interpretation of the situation is provided.

A table is provided at the end of the bulletin with information on all new and ongoing public health events currently being monitored in the region, as well as recent events that have largely been controlled and thus closed.

Major issues and challenges include:

  • There has been a significant reduction in the number of new Ebola virus disease cases and deaths reported in Democratic Republic of the Congo in the last weeks. While it is still too early to make any conclusions, this observed declining trend is very positive and encouraging. There have been several initiatives and efforts to step up the response to the outbreak in the past weeks.
    While still being aware of the prevailing risk factors in the communities, it is anticipated that these initiatives and intensified efforts will turn the tide on the ongoing high levels of transmissions of infections. The national authorities and all stakeholders need to sustain implementation of effective public health measures in order to bring this outbreak to an end.

  • Health authorities in Burundi have detected a potential malaria outbreak in several health districts in the country. This event comes barely one year after the occurrence of a large malaria outbreak in 2017, signifying the vulnerability of the country to malaria epidemics. The national authorities and partners need to capitalize on the early detection of this event and mount a robust response in order to bring the outbreak to a speedy end and avoid escalation of the situation.

Mozambique: WHO AFRO Outbreaks and Other Emergencies, Week 22: 27 – 2 June 2019; Data as reported by 17:00; 2 June 2019

Source: World Health Organization
Country: Angola, Benin, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Comoros, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Guinea, Kenya, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritius, Mozambique, Namibia, Niger, Nigeria, Sao Tome and Principe, Sierra Leone, South Africa, South Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe

This Weekly Bulletin focuses on selected acute public health emergencies occurring in the WHO African Region. The WHO Health Emergencies Programme is currently monitoring 72 events in the region. This week’s edition covers key new and ongoing events, including:

  • Anthrax (probable) in Lesotho
  • Vaccine derived poliovirus type 2 (environmental sample) in Cameroon
  • Ebola virus disease in Democratic Republic of the Congo
  • Cholera in Zambia
  • Chikungunya in Congo.

For each of these events, a brief description, followed by public health measures implemented and an interpretation of the situation is provided.

A table is provided at the end of the bulletin with information on all new and ongoing public health events currently being monitored in the region, as well as recent events that have largely been controlled and thus closed.

Major issues and challenges include:

  • The Ministry of Health in Lesotho has reported a probable outbreak of anthrax in the outskirts of Maseru, the capital city, following an epizootic confirmed by the veterinary authorities. This event has quickly raised concerns in the sub- region, including potential implications for trade. The responsible authorities in Lesotho need to act swiftly to contain this outbreak while the neighbouring countries need to improve preparedness and readiness measures, and act judiciously in response to the event, in line with provisions of the International Health Regulations (2005) and the Terrestrial Animal Health Code.

  • A circulating vaccine derived poliovirus type 2 (cVDPV2) has been isolated in an environment sample in Mada health district, Far North Province, Cameroon. The isolated virus has been linked to the ongoing cVDPV2 strain circulating in neighbouring Nigeria, which originated in Jigawa State. This event is important in view of the fact that poliovirus, targeted for global eradication, spreads easily and across large distances. To that effect, all countries, particularly those in the Lake Chad Basin, are urged to step up acute flaccid paralysis surveillance and should maintain a high immunization coverage to minimize introduction of any new virus.

Mozambique: WHO AFRO Outbreaks and Other Emergencies, Week 22: 27 May – 2 June 2019; Data as reported by 17:00; 2 June 2019

Source: World Health Organization
Country: Angola, Benin, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Comoros, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Guinea, Kenya, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritius, Mozambique, Namibia, Niger, Nigeria, Sao Tome and Principe, Sierra Leone, South Africa, South Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe

This Weekly Bulletin focuses on selected acute public health emergencies occurring in the WHO African Region. The WHO Health Emergencies Programme is currently monitoring 72 events in the region. This week’s edition covers key new and ongoing events, including:

  • Anthrax (probable) in Lesotho
  • Vaccine derived poliovirus type 2 (environmental sample) in Cameroon
  • Ebola virus disease in Democratic Republic of the Congo
  • Cholera in Zambia
  • Chikungunya in Congo.

For each of these events, a brief description, followed by public health measures implemented and an interpretation of the situation is provided.

A table is provided at the end of the bulletin with information on all new and ongoing public health events currently being monitored in the region, as well as recent events that have largely been controlled and thus closed.

Major issues and challenges include:

  • The Ministry of Health in Lesotho has reported a probable outbreak of anthrax in the outskirts of Maseru, the capital city, following an epizootic confirmed by the veterinary authorities. This event has quickly raised concerns in the sub- region, including potential implications for trade. The responsible authorities in Lesotho need to act swiftly to contain this outbreak while the neighbouring countries need to improve preparedness and readiness measures, and act judiciously in response to the event, in line with provisions of the International Health Regulations (2005) and the Terrestrial Animal Health Code.

  • A circulating vaccine derived poliovirus type 2 (cVDPV2) has been isolated in an environment sample in Mada health district, Far North Province, Cameroon. The isolated virus has been linked to the ongoing cVDPV2 strain circulating in neighbouring Nigeria, which originated in Jigawa State. This event is important in view of the fact that poliovirus, targeted for global eradication, spreads easily and across large distances. To that effect, all countries, particularly those in the Lake Chad Basin, are urged to step up acute flaccid paralysis surveillance and should maintain a high immunization coverage to minimize introduction of any new virus.

World: Synthèse des travaux de la réunion des points focaux gouvernementaux et experts des États membres de la CIRGL en matière d’éradication de l’apatridie dans la Région des Grands Lacs, tenue du 16 au 17 avril 2019 à Nairobi au Kenya

Source: Government of the Republic of Congo
Country: Angola, Burundi, Central African Republic, Congo, Democratic Republic of the Congo, Kenya, South Sudan, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zambia

Il s’est tenu du 16 au 17 avril 2019...

Mozambique: WHO AFRO Outbreaks and Other Emergencies, Week 21: 20 – 26 May 2019; Data as reported by 17:00; 26 May 2019

Source: World Health Organization
Country: Angola, Benin, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Comoros, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Guinea, Kenya, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritius, Mozambique, Namibia, Niger, Nigeria, Sao Tome and Principe, Sierra Leone, South Africa, South Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe

This Weekly Bulletin focuses on selected acute public health emergencies
occurring in the WHO African Region. The WHO Health Emergencies Programme
is currently monitoring 73 events in the region. This week’s edition covers key
new and ongoing events, including:

  • Anthrax outbreak in Guinea
  • Ebola virus disease outbreak in the Democratic Republic of the Congo
  • Humanitarian crisis in Central African Republic
  • Humanitarian crisis in Nigeria
  • Yellow fever in Uganda.

For each of these events, a brief description, followed by public health measures
implemented and an interpretation of the situation is provided.

A table is provided at the end of the bulletin with information on all new and
ongoing public health events currently being monitored in the region, as well as
recent events that have largely been controlled and thus closed.

Major issues and challenges include:

  • The humanitarian crises in both Central African Republic and North East
    Nigeria continue, with healthcare delivery disruption through directly targeted
    attacks or as a result of collateral damage. Healthcare staff, partners and
    local authorities continue to provide care in these insecure environments
    and should be commended. However, increased support from the local and
    international community in terms of both human resources, interventions to
    improve security measures, as well as funding, is much needed to ensure the
    appropriate humanitarian assistance is provided to the affected populations.

  • Cases of Ebola virus disease (EVD) continue to be confirmed in North Kivu
    and Ituri provinces of the Democratic Republic of the Congo at an alarming
    rate, with security problems and community resistance a continuing problem.
    The announcement this week of a new UN Emergency Ebola Response
    Coordinator to oversee the coordination of international support for the Ebola
    response and ensure that appropriate security and political measures are in
    place to enable the Ebola response is a positive move. Working to support the
    Government in strengthening political engagement and operational support
    to negotiate access safely to communities in all areas and increase support
    for humanitarian coordination will be key to controlling the outbreak.

Central African Republic: Elargissement du Plan d’Action de la CIRGL sur l’éradication de l’apatridie dans la Région des Grands Lacs

Source: International Conference on the Great Lakes Region, UN High Commissioner for Refugees
Country: Angola, Burundi, Central African Republic, Congo, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Rwanda, South Sudan, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia

Objectif stratégique 4 : Garantir l’accès à la preuve de l’identité juridique en ce compris les actes des naissances et les documents attestant de la nationalité

L'absence de preuve d'identité juridique y compris les actes de naissance et les documents attestant de la nationalité, augmente considérablement le risque d'apatridie dans la région des Grands Lacs. Parmi les personnes les plus touchées figurent les descendants d'immigrants antérieurs à l'indépendance et d'autres migrants de longue durée, les populations frontalières et nomades, les groupes minoritaires, les enfants de réfugiés et de migrants en situation irrégulière, les enfants séparés de leurs parents ou dont les parents sont inconnus. L'enregistrement des faits d’état civil est essentiel pour prévenir l'apatridie parce qu'il crée un registre légal des relations familiales d'une personne. L'enregistrement des naissances et la délivrance d’actes de naissances sont particulièrement importants parce qu'ils permettent de savoir où une personne est née et qui sont ses parents - généralement l'information la plus importante pour déterminer la nationalité à laquelle toute personne a droit. Les taux d'enregistrement des naissances dans les pays de la région des Grands Lacs sont généralement faibles. Toutefois, même si toutes les naissances sont enregistrées, les personnes ayant droit à la nationalité en vertu de la loi peuvent être exposées à l'apatridie ou à un risque d'apatridie si, dans la pratique, elles ne peuvent acquérir des documents attestant de leur nationalité, notamment des certificats de nationalité, des cartes nationales d'identité ou des passeports. Sans ces documents, elles risquent de ne pas accéder à leurs droits fondamentaux.

Il est donc de la plus haute importance que l'enregistrement des naissances soit universel, gratuit ainsi que fait en temps opportun, et que les personnes ayant droit à la nationalité puissent acquérir les documents normalement délivrés comme preuve de la nationalité. L'amélioration de l'accès à l'enregistrement des naissances, à la délivrance des actes de naissances et à la documentation attestant de la nationalité protège l'intérêt supérieur de l'enfant et contribue à garantir l'accès aux droits fondamentaux, notamment les droits à l'éducation et aux soins de santé. L'enregistrement universel des naissances est une obligation des États en vertu des instruments internationaux et africains relatifs aux droits de l'homme.1 Les actions 7 et 8 du Plan d'action global pour mettre fin à l'apatridie appellent les Etats à garantir l'enregistrement des naissances et l'accès aux certificats de nationalité et autres documents attestant de la nationalité, tandis que la cible 16.9 des Objectifs de développement durable demande à tous les Etats d'ici 2030, de fournir une identité juridique pour tous, y compris l'enregistrement des naissances. Pour la Région des Grands Lacs, le paragraphe 27 du Document final adopté par les Etats membres de la CIRGL lors de la Réunion de haut niveau des ministres chargés des réfugiés le 7 mars 2019 reconnaît que " l'accès aux documents d'identité juridiques, en particulier l'enregistrement des naissances, est essentiel pour prévenir et réduire l'apatridie, conformément à la Déclaration de la CIRGL de Brazzaville sur l'éradication de l'apatridie ".

World: Document final – Conférence Ministérielle en matière d’Eradication de l’Apatridie dans la Région des Grands Lacs (16-18 avril 2019, Nairobi)

Source: UN High Commissioner for Refugees, Economic Community of Central African States
Country: Angola, Burundi, Central African Republic, Congo, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Rwanda, South Sudan, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zambia

Du 16 au 18 avril 2019, à Nairobi au Kenya, le Gouvernement du Kenya, le Secrétariat exécutif de la Conférence internationale de la Région des Grands Lacs (CIRGL) et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) ont organisé conjointement une conférence ministérielle en matière d’éradication de l'apatridie dans la région des Grands Lacs. L'objectif de cette conférence était d'examiner les progrès réalisés par les Etats membres de la CIRGL dans le cadre du Plan d'action de la CIRGL sur l'éradication de l'apatridie (Plan d'action de la CIRGL) et de préparer le Segment de hautniveau sur l’apatridie qui se tiendra le 7 octobre 2019 à Genève, Suisse.

Les deux premiers jours de cette conférence consistèrent une réunion technique des experts, rassemblant environ 90 participants des 12 Etats membres de la CIRGL, parmi lesquels les points focaux gouvernementaux pour l'apatridie des Etats de la CIRGL, d'autres experts gouvernementaux et non gouvernementaux, des représentants des commissions nationales des droits humains, de la société civile, des représentants des communautés dans la région affectée par l'apatridie ainsi que le personnel technique de l’UNHCR et des autres agences des Nations Unies. Le segment ministériel de la réunion s'est tenu le troisième et dernier jour, réunissant les ministres responsables des questions de nationalité et leurs délégués des 12 Etats membres de la CIRGL. Des représentants de la Commission de l'Union africaine (CUA), d'autres organes intergouvernementaux régionaux, du Bureau de l'envoyé spécial du Secrétaire Général pour la région des Grands Lacs, ainsi que des diplomates de quelques d'États non membres de la CIRGL étaient également présents. Le Directeur du Bureau régional de l’UNHCR pour l'Afrique a assuré la présidence du segment ministériel. L'Ambassadeur Mohamed Abdi Affey, Envoyé spécial de l’UNHCR pour la Corne de l'Afrique, a également agi en qualité de président d’un panel lors de cette journée. Les représentants des délégations pays de l’UNHCR dans chacun des États de la CIRGL y ont également participé, ce qui porte le nombre total de participants à environ 100 (Voy. Agenda finale de la conférence à l'annexe I).

Les trois principaux résultats de la réunion technique des experts furent les suivants: (ii) une vue d'ensemble des domaines dans lesquels les Etats membres de la CIRGL et le Secrétariat de la CIRGL pourraient obtenir des résultats et prendre des engagements lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie ; et (iii) Accord entre les points focaux de la CIRGL pour l'apatridie des gouvernements et le Secrétariat de la CIRGL pour prolonger le Plan d'action de la CIRGL jusqu'en 2024 et l'étoffer avec un nouvel objectif stratégique visant à garantir l'accès aux preuves de l'identité juridique, notamment des actes de naissance et les documents attestant de la nationalité (Voy. Plan d'action étendu de la Conférence internationale des Grands Lacs pour l'éradication de l'apatridie : 2017 – 2024 (Plan d’action étendu) à l’annexe II et le projet d'élargissement du Plan d'action de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs sur l’éradication de l’apatridie à l'annexe III). Il a été convenu que le projet d'élargissement du Plan d'action élargi serait ensuite communiqué par écrit pour examen final par les points focaux gouvernementaux sur l'apatridie et que ce document et le Plan d'action prolongé seraient soumis bien avant début octobre 2019, pour adoption par les Etats membres de la CIGRL et le Secrétariat de la CIRGL au prochain Comité interministériel régional (RIMC) de la CIRGL.

Le segment ministériel qui s'est tenu le 18 avril a été officiellement ouvert par M. Patrick Ole Ntutu, Secrétaire administratif principal pour l'intérieur et la coordination du gouvernement national du Kenya, M. Zachary Muburi-Muita,
Secrétaire exécutif de la CIRGL, M. Volker Türk, Haut Commissaire Assistant chargé de la protection auprès de l’UNHCR, et M. Raouf Mazou, Directeur du Bureau régional Afrique pour l’UNHCR. M. Olabisi Dare, Chef de la Division des affaires humanitaires, des réfugiés et des personnes déplacées (CUA), a prononcé un discours liminaire. M. Jacques Essissongo, point focal de la CIRGL pour l'apatridie en République du Congo, a présenté un rapport de synthèse sur les résultats de la réunion technique des experts. Le président de la communauté Makonde, M. Thomas Nguli, a témoigné personnellement de l'impact d'être finalement reconnu comme citoyen kenyan après des décennies d'apatridie. Les danseurs Makondé ont ensuite donné un spectacle. Au nom des organisations de la société civile travaillant sur l'apatridie et les questions connexes dans la région, Mme Achieng Akena, Directrice exécutive de l'Initiative Internationale pour les droits des réfugiés a prononcé une déclaration dans laquelle la société civile s'est engagée à soutenir les gouvernements de la région par des efforts complémentaires pour tenir leurs engagements en matière d'éradication de l'apatridie.

Les principaux résultats du segment ministériel furent les réalisations et les engagements indicatifs suivants des Etats membres de la CIRGL, ainsi que des organisations de la région, qui seront présentés lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie en octobre 2019. Ces engagements indicatifs ont été pris soit par les Ministres présents à la réunion soit par leurs délégués (veuillez noter que les déclarations officielles prononcées le 18 avril 2019 sont disponibles sur le portail de données de l’UNHCR sur l'apatridie dans la région des Grands Lacs) et pour les organisations, par leurs représentants respectifs à cette réunion :

Angola

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • Former un comité technique sur l'apatridie ;

  • Continuer à fournir des cartes d'identité nationales à tous les nationaux ;

  • Assurer l'enregistrement des naissances et la délivrance d’actes de naissance à tous les nouveau-nés en Angola, y compris les enfants réfugiés ; et

  • Continuer à aider les anciens réfugiés angolais dans les pays voisins qui n'ont pas opté pour le rapatriement volontaire en Angola en leur délivrant des documents de nationalité qui leur permettront ensuite de trouver une solution dans ce pays hôte.

Burundi

  • Avant octobre 2019, veiller à ce que le Parlement donne son approbation en faveur du processus d'adhésion à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • Avant octobre 2019, adopter et valider un plan d'action national pour mettre fin à l'apatridie ;

  • Avant 2024, profiter de l'élan actuel pour réformer la loi sur la nationalité ; et

  • D'ici 2024, sensibiliser pleinement la population d'origine omanaise aux options juridiques qui s'offrent à elle, y compris la naturalisation en tant que ressortissant burundais.

Kenya

  • En 2019, rétablir un groupe de travail sur l'apatridie ;

  • En 2019, valider le projet de Plan d'action national pour l'éradication de l'apatridie et ensuite, le mettre en œuvre ;

  • D'ici 2020, reconnaître et enregistrer comme citoyens kenyans les membres de la communauté Shona qui remplissent les conditions requises par la loi pour obtenir la citoyenneté ;

  • D'ici 2020, promulguer une nouvelle loi sur l'enregistrement des naissances et des décès qui prévoit des garanties pour prévenir l'apatridie ;

  • D'ici 2021, adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • D'ici 2023, achever les réformes juridiques visant à remédier définitivement à l'apatridie au Kenya ; et

  • Continuer d'assurer la protection des apatrides et des personnes qui risquent de devenir apatrides afin qu'ils puissent jouir de leurs droits fondamentaux

Ouganda

  • Adhérer à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie tout notant que l'Etat a la possibilité de déposer ses instruments d'adhésion lors d'une cérémonie spéciale sur les traités lors du Segment de haut-niveau sur l’apatridie début octobre 2019 ;

  • D'ici la fin de 2019, finaliser et approuver un Plan d'action national qui servira de stratégie nationale pour éradiquer l'apatridie dans le pays d'ici 2024 ;

  • D'ici 2021, achever une étude juridique sur l'apatridie et la citoyenneté afin de mieux comprendre et traiter les facteurs qui peuvent rendre certaines populations sont apatrides ou risquent de le devenir et de soutenir une réforme juridique et constitutionnelle globale ;

  • D'ici 2024, introduire et mettre en œuvre des garanties dans sa loi sur la nationalité pour accorder la nationalité aux enfants nés sur le territoire qui, autrement, seraient apatrides ;

  • D'ici 2024, introduire une réforme législative pour prévenir le refus d'attribution de la nationalité à la naissance pour des motifs discriminatoires ; et

  • D'ici 2024, veiller à ce que les communautés maragoli, benet, ougandaises d’origine asiatique et autres communautés non reconnues présentes en Ouganda depuis avant 1926 soient reconnues comme citoyens ougandais.

République centrafricaine

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • Réaffirmer les engagements pris par le Gouvernement de la République centrafricaine lors de la Rencontre ministérielle de Genève en 2011 pour éradiquer l'apatridie ;

  • En 2019, former un comité interministériel sur l'apatridie ; et

  • En 2019, finaliser le plan d'action national pour mettre fin à l'apatridie.

République démocratique du Congo

  • En vue du Segment de haut-niveau sur l'apatridie, adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • En 2019, finaliser l'étude sur la nationalité et l'apatridie ;

  • En 2019, institutionnaliser la collecte de données sur les apatrides pour le recensement national à venir ; et

  • En 2019, promouvoir l'enregistrement des naissances et la délivrance des actes de naissances pour prévenir l'apatridie.

République du Congo

  • D'ici la fin mai 2019, valider le plan d'action national pour l'éradication de l'apatridie;

  • D'ici octobre 2019, adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • D'ici décembre 2019, veillé à ce que toute personne trouvée dont la naissance n’a pas été enregistrement lors du recensement national des faits d’état civil obtienne un acte de naissance ;

  • D'ici 2021, achever la réforme législative afin d'omettre toute disposition discriminatoire et autres articles susceptibles de causer l'apatridie ;

  • D'ici 2022, faire en sorte qu'il ait zéro enfant en République du Congo sans acte de naissance ; et

  • D'ici 2022, mettre en place un mécanisme national de détermination de l'apatridie.

République unie de Tanzanie

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie, et les incorporer dans le droit interne ;

  • D'ici la fin mai 2019, créer un comité directeur gouvernemental sur l'apatridie doté d'un groupe de travail spécialisé et renforcer la capacité de ce comité directeur à mettre en œuvre efficacement les engagements qui seront pris lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie ;

  • D'ici la fin mai 2019, nommer un chercheur expert chargé de travailler avec le Département de l'immigration afin de mener une étude/recherche intensive pour déterminer l'ampleur/la gravité du problème de l'apatridie dans le pays, dont les conclusions serviront de feuille de route pour l'adhésion et l'intégration des instruments internationaux sur l'apatridie ;

  • D'ici la fin juin 2019, recueillir les commentaires de toutes les parties prenantes sur le Plan d'action national pour mettre fin à l'apatridie et le soumettre au Comité directeur pour validation ; et

  • Sensibiliser les parlementaires et les hauts fonctionnaires en charge de diverses réformes politiques et juridiques sur la question de l'apatridie.

Rwanda

  • Mettre en place un groupe de travail national sur l'apatridie en collaboration avec les autorités locales dans un avenir proche ;

  • Rédiger une note conceptuelle et un mandat pour guider le travail du groupe de travail ;

  • Procéder à un recensement du nombre d'apatrides et de personnes risquant de devenir apatrides dans le pays ;

  • Adopter la loi organique révisée sur la nationalité ; et

  • Accorder la nationalité rwandaise à tous ceux qui sont apatrides ou qui risquent de le devenir dans le pays.

Soudan du sud

A la dernière minute, le ministre n'a pas été en mesure d'assister à la réunion. Une déclaration officielle avec des engagements indicatifs sera publiée prochainement. Toutefois, le 16 avril 2019, au cours de la réunion technique des experts, le point focal gouvernemental sur l'apatridie a mis l'accent sur les domaines suivants, dans lesquels le Gouvernement du Soudan du sud envisage de prendre des engagements lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie:

  • Approbation d'un plan d'action national ;

  • Adhésion aux deux conventions sur l'apatridie ;

  • Réforme législative visant à introduire une garantie dans la loi sur la nationalité afin d'accorder la nationalité aux enfants nés sur le territoire qui, autrement, seraient apatrides ;

  • Amélioration de l'accès aux procédures d'enregistrement des naissances pour toutes les personnes nées sur le territoire, y compris l'enregistrement simplifié des naissances tardives ; et

  • Accès à la preuve documentaire de la nationalité pour tous les ressortissants.

Soudan

Notant les défis auxquels le pays est actuellement confronté en termes de situation politique, le Soudan a néanmoins pris les engagements indicatifs suivants dans l'espoir qu'ils seront initiés dès que la situation politique dans le pays le permettra :

  • D'ici la fin de 2019, établir un plan national de lutte contre l'apatridie au Soudan ;

  • Poursuivre les efforts en cours pour faire en sorte que tous les enfants nés sur le territoire soudanais aient leur naissance enregistré et un acte de naissance délivré ;

  • Poursuivre les efforts de réforme législative pour assurer l'élimination de la discrimination fondée sur le sexe en matière de nationalité ; et

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie.

Zambie

  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour lever les réserves à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides ;

  • D'ici la fin juin 2019, créer un groupe de travail sur l'apatridie et élaborer le Plan d'action national pour l'éradication de l'apatridie ; prendre toutes les mesures nécessaires pour achever la délivrance des permis de séjour à au moins 17 000 anciens réfugiés, qui ont choisi de rester en Zambie, en collaboration avec le Gouvernement angolais ;

  • D'ici la fin avril 2019, lancer et valider l'étude sur "L'apatridie et les questions relatives à la nationalité en Zambie" ; et

  • D'ici 2020, prendre toutes les mesures nécessaires pour adhérer à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie.

Bureau de l'envoyé spécial du Secrétaire Général pour la région des Grands Lacs

  • Continuer de plaider auprès des signataires de l’Accord Cadre pour la Paix, la Sécurité et la Coopération (PSC) et de travailler avec ces Etats pour mettre en œuvre leurs engagements en faveur de la paix et de la sécurité dans la région, notamment pour assurer le suivi des conclusions du rapport final de la réunion de haut niveau sur les réfugiés tenue à Kampala au début mars 2019, notamment l'engagement visant à garantir que tous les individus aient accès aux preuves d'identité juridique, comme les actes de naissance, cartes nationales d'identité et documents de voyage conformément à la Déclaration de la CIRGL (de Brazzaville) sur l’éradication de l’apatridie.

Commission de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC)

  • Dans le prolongement de l'Initiative de N'djaména adoptée en décembre 2018 sur l'éradication de l'apatridie en Afrique centrale, faciliter la nomination de points focaux gouvernementaux sur l'apatridie dans tous les Etats membres de la CEMAC avant début octobre 2019 ; et

  • D'ici 2021, en consultation avec l’UHCR, commanditer une étude régionale pour identifier les lacunes dans les cadres juridiques nationaux sur la nationalité et la preuve documentaire de la nationalité dans les Etats membres et les Etats partenaires de la CEMAC qui pourraient conduire à l'apatridie, et cartographier les profils des personnes apatrides ou à risque d’apatridie.

Commission de l’Union africaine

  • Poursuivre l'intégration des efforts de collecte, d'analyse et de diffusion des données sur l'apatridie en soutenant la mise en œuvre de la Déclaration de Nouakchott et la mise en œuvre de programmes tels que le Programme africain pour l'amélioration accélérée des faits d’état civil et des statistiques des faits d’état civil ;

  • Avant octobre 2019, soumettre le projet de Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples sur les aspects spécifiques du droit à la nationalité et l’éradication de l’apatridie en Afrique pour adoption par la Conférence de l'UA ;

  • Tout au long de 2019 et au-delà, intégrer pleinement la question de l'apatridie dans toutes les activités du thème de l'année 2019 de l'Union africaine " Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées dans leur propre pays ":
    Vers une solution durable aux déplacements forcés en Afrique" ;

  • En 2019 et au-delà, renforcer les initiatives de renforcement des capacités et de formation de l'Union africaine en matière d'apatridie en intégrant pleinement les questions relatives à l'apatridie dans son initiative de renforcement des capacités et de formation intitulée "Livingstone Syllabus" ; et

  • Tout au long de 2019 et au-delà, et en coopération avec la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, en particulier le Rapporteur spécial sur les droits des réfugiés, des personnes déplacées et des migrants, plaider pour la ratification et l'application par les Etats membres du Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples sur les aspects spécifiques du droit à la nationalité et l’éradication de l’ apatridie en Afrique (une fois adopté) et d’autres conventions internationales pertinentes sur les apatrides.

Le segment ministériel s'est clôturé officiellement par les remarques finales du Général de division Gordon Kihalangwa, Secrétaire principal du Département d'État à l'immigration et aux services aux citoyens du Secrétaire du Cabinet pour l'intérieur du Kenya et du Directeur du Bureau régional de l’UNHCR pour l'Afrique.

(FIN)

Annexes:

i) Agenda final de la Conférence Ministérielle sur l'Eradication de l’Apatridie dans la Région des Grands Lacs ;

ii) Plan d'action étendu de la CIRGL sur l'éradication de l’apatridie: 2017-2024; et

iii) Projet : Élargissement du Plan d'action de la CIRGL sur l'éradication de l’apatridie.

World: Document final – Conférence Ministérielle en matière d’Eradication de l’Apatridie dans le Région des Grands Lacs (16-18 avril 2019, Nairobi)

Source: UN High Commissioner for Refugees, Economic Community of Central African States
Country: Angola, Burundi, Central African Republic, Congo, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Rwanda, South Sudan, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zambia

Du 16 au 18 avril 2019, à Nairobi au Kenya, le Gouvernement du Kenya, le Secrétariat exécutif de la Conférence internationale de la Région des Grands Lacs (CIRGL) et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) ont organisé conjointement une conférence ministérielle en matière d’éradication de l'apatridie dans la région des Grands Lacs. L'objectif de cette conférence était d'examiner les progrès réalisés par les Etats membres de la CIRGL dans le cadre du Plan d'action de la CIRGL sur l'éradication de l'apatridie (Plan d'action de la CIRGL) et de préparer le Segment de hautniveau sur l’apatridie qui se tiendra le 7 octobre 2019 à Genève, Suisse.

Les deux premiers jours de cette conférence consistèrent une réunion technique des experts, rassemblant environ 90 participants des 12 Etats membres de la CIRGL, parmi lesquels les points focaux gouvernementaux pour l'apatridie des Etats de la CIRGL, d'autres experts gouvernementaux et non gouvernementaux, des représentants des commissions nationales des droits humains, de la société civile, des représentants des communautés dans la région affectée par l'apatridie ainsi que le personnel technique de l’UNHCR et des autres agences des Nations Unies. Le segment ministériel de la réunion s'est tenu le troisième et dernier jour, réunissant les ministres responsables des questions de nationalité et leurs délégués des 12 Etats membres de la CIRGL. Des représentants de la Commission de l'Union africaine (CUA), d'autres organes intergouvernementaux régionaux, du Bureau de l'envoyé spécial du Secrétaire Général pour la région des Grands Lacs, ainsi que des diplomates de quelques d'États non membres de la CIRGL étaient également présents. Le Directeur du Bureau régional de l’UNHCR pour l'Afrique a assuré la présidence du segment ministériel. L'Ambassadeur Mohamed Abdi Affey, Envoyé spécial de l’UNHCR pour la Corne de l'Afrique, a également agi en qualité de président d’un panel lors de cette journée. Les représentants des délégations pays de l’UNHCR dans chacun des États de la CIRGL y ont également participé, ce qui porte le nombre total de participants à environ 100 (Voy. Agenda finale de la conférence à l'annexe I).

Les trois principaux résultats de la réunion technique des experts furent les suivants: (ii) une vue d'ensemble des domaines dans lesquels les Etats membres de la CIRGL et le Secrétariat de la CIRGL pourraient obtenir des résultats et prendre des engagements lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie ; et (iii) Accord entre les points focaux de la CIRGL pour l'apatridie des gouvernements et le Secrétariat de la CIRGL pour prolonger le Plan d'action de la CIRGL jusqu'en 2024 et l'étoffer avec un nouvel objectif stratégique visant à garantir l'accès aux preuves de l'identité juridique, notamment des actes de naissance et les documents attestant de la nationalité (Voy. Plan d'action étendu de la Conférence internationale des Grands Lacs pour l'éradication de l'apatridie : 2017 – 2024 (Plan d’action étendu) à l’annexe II et le projet d'élargissement du Plan d'action de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs sur l’éradication de l’apatridie à l'annexe III). Il a été convenu que le projet d'élargissement du Plan d'action élargi serait ensuite communiqué par écrit pour examen final par les points focaux gouvernementaux sur l'apatridie et que ce document et le Plan d'action prolongé seraient soumis bien avant début octobre 2019, pour adoption par les Etats membres de la CIGRL et le Secrétariat de la CIRGL au prochain Comité interministériel régional (RIMC) de la CIRGL.

Le segment ministériel qui s'est tenu le 18 avril a été officiellement ouvert par M. Patrick Ole Ntutu, Secrétaire administratif principal pour l'intérieur et la coordination du gouvernement national du Kenya, M. Zachary Muburi-Muita,
Secrétaire exécutif de la CIRGL, M. Volker Türk, Haut Commissaire Assistant chargé de la protection auprès de l’UNHCR, et M. Raouf Mazou, Directeur du Bureau régional Afrique pour l’UNHCR. M. Olabisi Dare, Chef de la Division des affaires humanitaires, des réfugiés et des personnes déplacées (CUA), a prononcé un discours liminaire. M. Jacques Essissongo, point focal de la CIRGL pour l'apatridie en République du Congo, a présenté un rapport de synthèse sur les résultats de la réunion technique des experts. Le président de la communauté Makonde, M. Thomas Nguli, a témoigné personnellement de l'impact d'être finalement reconnu comme citoyen kenyan après des décennies d'apatridie. Les danseurs Makondé ont ensuite donné un spectacle. Au nom des organisations de la société civile travaillant sur l'apatridie et les questions connexes dans la région, Mme Achieng Akena, Directrice exécutive de l'Initiative Internationale pour les droits des réfugiés a prononcé une déclaration dans laquelle la société civile s'est engagée à soutenir les gouvernements de la région par des efforts complémentaires pour tenir leurs engagements en matière d'éradication de l'apatridie.

Les principaux résultats du segment ministériel furent les réalisations et les engagements indicatifs suivants des Etats membres de la CIRGL, ainsi que des organisations de la région, qui seront présentés lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie en octobre 2019. Ces engagements indicatifs ont été pris soit par les Ministres présents à la réunion soit par leurs délégués (veuillez noter que les déclarations officielles prononcées le 18 avril 2019 sont disponibles sur le portail de données de l’UNHCR sur l'apatridie dans la région des Grands Lacs) et pour les organisations, par leurs représentants respectifs à cette réunion :

Angola

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • Former un comité technique sur l'apatridie ;

  • Continuer à fournir des cartes d'identité nationales à tous les nationaux ;

  • Assurer l'enregistrement des naissances et la délivrance d’actes de naissance à tous les nouveau-nés en Angola, y compris les enfants réfugiés ; et

  • Continuer à aider les anciens réfugiés angolais dans les pays voisins qui n'ont pas opté pour le rapatriement volontaire en Angola en leur délivrant des documents de nationalité qui leur permettront ensuite de trouver une solution dans ce pays hôte.

Burundi

  • Avant octobre 2019, veiller à ce que le Parlement donne son approbation en faveur du processus d'adhésion à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • Avant octobre 2019, adopter et valider un plan d'action national pour mettre fin à l'apatridie ;

  • Avant 2024, profiter de l'élan actuel pour réformer la loi sur la nationalité ; et

  • D'ici 2024, sensibiliser pleinement la population d'origine omanaise aux options juridiques qui s'offrent à elle, y compris la naturalisation en tant que ressortissant burundais.

Kenya

  • En 2019, rétablir un groupe de travail sur l'apatridie ;

  • En 2019, valider le projet de Plan d'action national pour l'éradication de l'apatridie et ensuite, le mettre en œuvre ;

  • D'ici 2020, reconnaître et enregistrer comme citoyens kenyans les membres de la communauté Shona qui remplissent les conditions requises par la loi pour obtenir la citoyenneté ;

  • D'ici 2020, promulguer une nouvelle loi sur l'enregistrement des naissances et des décès qui prévoit des garanties pour prévenir l'apatridie ;

  • D'ici 2021, adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • D'ici 2023, achever les réformes juridiques visant à remédier définitivement à l'apatridie au Kenya ; et

  • Continuer d'assurer la protection des apatrides et des personnes qui risquent de devenir apatrides afin qu'ils puissent jouir de leurs droits fondamentaux

Ouganda

  • Adhérer à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie tout notant que l'Etat a la possibilité de déposer ses instruments d'adhésion lors d'une cérémonie spéciale sur les traités lors du Segment de haut-niveau sur l’apatridie début octobre 2019 ;

  • D'ici la fin de 2019, finaliser et approuver un Plan d'action national qui servira de stratégie nationale pour éradiquer l'apatridie dans le pays d'ici 2024 ;

  • D'ici 2021, achever une étude juridique sur l'apatridie et la citoyenneté afin de mieux comprendre et traiter les facteurs qui peuvent rendre certaines populations sont apatrides ou risquent de le devenir et de soutenir une réforme juridique et constitutionnelle globale ;

  • D'ici 2024, introduire et mettre en œuvre des garanties dans sa loi sur la nationalité pour accorder la nationalité aux enfants nés sur le territoire qui, autrement, seraient apatrides ;

  • D'ici 2024, introduire une réforme législative pour prévenir le refus d'attribution de la nationalité à la naissance pour des motifs discriminatoires ; et

  • D'ici 2024, veiller à ce que les communautés maragoli, benet, ougandaises d’origine asiatique et autres communautés non reconnues présentes en Ouganda depuis avant 1926 soient reconnues comme citoyens ougandais.

République centrafricaine

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • Réaffirmer les engagements pris par le Gouvernement de la République centrafricaine lors de la Rencontre ministérielle de Genève en 2011 pour éradiquer l'apatridie ;

  • En 2019, former un comité interministériel sur l'apatridie ; et

  • En 2019, finaliser le plan d'action national pour mettre fin à l'apatridie.

République démocratique du Congo

  • En vue du Segment de haut-niveau sur l'apatridie, adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • En 2019, finaliser l'étude sur la nationalité et l'apatridie ;

  • En 2019, institutionnaliser la collecte de données sur les apatrides pour le recensement national à venir ; et

  • En 2019, promouvoir l'enregistrement des naissances et la délivrance des actes de naissances pour prévenir l'apatridie.

République du Congo

  • D'ici la fin mai 2019, valider le plan d'action national pour l'éradication de l'apatridie;

  • D'ici octobre 2019, adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie ;

  • D'ici décembre 2019, veillé à ce que toute personne trouvée dont la naissance n’a pas été enregistrement lors du recensement national des faits d’état civil obtienne un acte de naissance ;

  • D'ici 2021, achever la réforme législative afin d'omettre toute disposition discriminatoire et autres articles susceptibles de causer l'apatridie ;

  • D'ici 2022, faire en sorte qu'il ait zéro enfant en République du Congo sans acte de naissance ; et

  • D'ici 2022, mettre en place un mécanisme national de détermination de l'apatridie.

République unie de Tanzanie

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie, et les incorporer dans le droit interne ;

  • D'ici la fin mai 2019, créer un comité directeur gouvernemental sur l'apatridie doté d'un groupe de travail spécialisé et renforcer la capacité de ce comité directeur à mettre en œuvre efficacement les engagements qui seront pris lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie ;

  • D'ici la fin mai 2019, nommer un chercheur expert chargé de travailler avec le Département de l'immigration afin de mener une étude/recherche intensive pour déterminer l'ampleur/la gravité du problème de l'apatridie dans le pays, dont les conclusions serviront de feuille de route pour l'adhésion et l'intégration des instruments internationaux sur l'apatridie ;

  • D'ici la fin juin 2019, recueillir les commentaires de toutes les parties prenantes sur le Plan d'action national pour mettre fin à l'apatridie et le soumettre au Comité directeur pour validation ; et

  • Sensibiliser les parlementaires et les hauts fonctionnaires en charge de diverses réformes politiques et juridiques sur la question de l'apatridie.

Rwanda

  • Mettre en place un groupe de travail national sur l'apatridie en collaboration avec les autorités locales dans un avenir proche ;

  • Rédiger une note conceptuelle et un mandat pour guider le travail du groupe de travail ;

  • Procéder à un recensement du nombre d'apatrides et de personnes risquant de devenir apatrides dans le pays ;

  • Adopter la loi organique révisée sur la nationalité ; et

  • Accorder la nationalité rwandaise à tous ceux qui sont apatrides ou qui risquent de le devenir dans le pays.

Soudan du sud

A la dernière minute, le ministre n'a pas été en mesure d'assister à la réunion. Une déclaration officielle avec des engagements indicatifs sera publiée prochainement. Toutefois, le 16 avril 2019, au cours de la réunion technique des experts, le point focal gouvernemental sur l'apatridie a mis l'accent sur les domaines suivants, dans lesquels le Gouvernement du Soudan du sud envisage de prendre des engagements lors du Segment de haut-niveau sur l'apatridie:

  • Approbation d'un plan d'action national ;

  • Adhésion aux deux conventions sur l'apatridie ;

  • Réforme législative visant à introduire une garantie dans la loi sur la nationalité afin d'accorder la nationalité aux enfants nés sur le territoire qui, autrement, seraient apatrides ;

  • Amélioration de l'accès aux procédures d'enregistrement des naissances pour toutes les personnes nées sur le territoire, y compris l'enregistrement simplifié des naissances tardives ; et

  • Accès à la preuve documentaire de la nationalité pour tous les ressortissants.

Soudan

Notant les défis auxquels le pays est actuellement confronté en termes de situation politique, le Soudan a néanmoins pris les engagements indicatifs suivants dans l'espoir qu'ils seront initiés dès que la situation politique dans le pays le permettra :

  • D'ici la fin de 2019, établir un plan national de lutte contre l'apatridie au Soudan ;

  • Poursuivre les efforts en cours pour faire en sorte que tous les enfants nés sur le territoire soudanais aient leur naissance enregistré et un acte de naissance délivré ;

  • Poursuivre les efforts de réforme législative pour assurer l'élimination de la discrimination fondée sur le sexe en matière de nationalité ; et

  • Adhérer à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie.

Zambie

  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour lever les réserves à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides ;

  • D'ici la fin juin 2019, créer un groupe de travail sur l'apatridie et élaborer le Plan d'action national pour l'éradication de l'apatridie ; prendre toutes les mesures nécessaires pour achever la délivrance des permis de séjour à au moins 17 000 anciens réfugiés, qui ont choisi de rester en Zambie, en collaboration avec le Gouvernement angolais ;

  • D'ici la fin avril 2019, lancer et valider l'étude sur "L'apatridie et les questions relatives à la nationalité en Zambie" ; et

  • D'ici 2020, prendre toutes les mesures nécessaires pour adhérer à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie.

Bureau de l'envoyé spécial du Secrétaire Général pour la région des Grands Lacs

  • Continuer de plaider auprès des signataires de l’Accord Cadre pour la Paix, la Sécurité et la Coopération (PSC) et de travailler avec ces Etats pour mettre en œuvre leurs engagements en faveur de la paix et de la sécurité dans la région, notamment pour assurer le suivi des conclusions du rapport final de la réunion de haut niveau sur les réfugiés tenue à Kampala au début mars 2019, notamment l'engagement visant à garantir que tous les individus aient accès aux preuves d'identité juridique, comme les actes de naissance, cartes nationales d'identité et documents de voyage conformément à la Déclaration de la CIRGL (de Brazzaville) sur l’éradication de l’apatridie.

Commission de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC)

  • Dans le prolongement de l'Initiative de N'djaména adoptée en décembre 2018 sur l'éradication de l'apatridie en Afrique centrale, faciliter la nomination de points focaux gouvernementaux sur l'apatridie dans tous les Etats membres de la CEMAC avant début octobre 2019 ; et

  • D'ici 2021, en consultation avec l’UHCR, commanditer une étude régionale pour identifier les lacunes dans les cadres juridiques nationaux sur la nationalité et la preuve documentaire de la nationalité dans les Etats membres et les Etats partenaires de la CEMAC qui pourraient conduire à l'apatridie, et cartographier les profils des personnes apatrides ou à risque d’apatridie.

Commission de l’Union africaine

  • Poursuivre l'intégration des efforts de collecte, d'analyse et de diffusion des données sur l'apatridie en soutenant la mise en œuvre de la Déclaration de Nouakchott et la mise en œuvre de programmes tels que le Programme africain pour l'amélioration accélérée des faits d’état civil et des statistiques des faits d’état civil ;

  • Avant octobre 2019, soumettre le projet de Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples sur les aspects spécifiques du droit à la nationalité et l’éradication de l’apatridie en Afrique pour adoption par la Conférence de l'UA ;

  • Tout au long de 2019 et au-delà, intégrer pleinement la question de l'apatridie dans toutes les activités du thème de l'année 2019 de l'Union africaine " Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées dans leur propre pays ":
    Vers une solution durable aux déplacements forcés en Afrique" ;

  • En 2019 et au-delà, renforcer les initiatives de renforcement des capacités et de formation de l'Union africaine en matière d'apatridie en intégrant pleinement les questions relatives à l'apatridie dans son initiative de renforcement des capacités et de formation intitulée "Livingstone Syllabus" ; et

  • Tout au long de 2019 et au-delà, et en coopération avec la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, en particulier le Rapporteur spécial sur les droits des réfugiés, des personnes déplacées et des migrants, plaider pour la ratification et l'application par les Etats membres du Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples sur les aspects spécifiques du droit à la nationalité et l’éradication de l’ apatridie en Afrique (une fois adopté) et d’autres conventions internationales pertinentes sur les apatrides.

Le segment ministériel s'est clôturé officiellement par les remarques finales du Général de division Gordon Kihalangwa, Secrétaire principal du Département d'État à l'immigration et aux services aux citoyens du Secrétaire du Cabinet pour l'intérieur du Kenya et du Directeur du Bureau régional de l’UNHCR pour l'Afrique.

(FIN)

Annexes:

i) Agenda final de la Conférence Ministérielle sur l'Eradication de l’Apatridie dans la Région des Grands Lacs ;

ii) Plan d'action étendu de la CIRGL sur l'éradication de l’apatridie: 2017-2024; et

iii) Projet : Élargissement du Plan d'action de la CIRGL sur l'éradication de l’apatridie.

United Republic of Tanzania: UNICEF Eastern and Southern Africa Regional Humanitarian Situation Report – Quarter 1, 2019

Source: UN Children's Fund
Country: Angola, Burundi, Democratic Republic of the Congo, Eswatini, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mozambique, Namibia, Rwanda, South Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe

Highlights

  • The ongoing Ebola outbreak in the Democratic Republic of the Congo (DRC) continues to threaten neighbouring countries including Uganda, Burundi, Rwanda, South Sudan, Tanzania and Zambia. UNICEF continues to play a key role in the UN wide Ebola prevention and preparedness response, reaching more than 65,000 people with key Ebola messages and EVD prevention supplies.

  • More than 25,000 children have been vaccinated against measles and approximately 60, 000 refugees and host community members accessed safe water for drinking, cooking and personal hygiene.

  • Rwanda, Tanzania and Zambia host almost 530,000 refugees and asylum seekers, largely from Burundi and the DRC. UNICEF and partners ensured quality and equity-based education for more than 112,000 refugee children in Tanzania, Rwanda and Zambia.

  • UNICEF continues to strengthen community surveillance and referral systems through active case management of acute malnutrition throughout the region. From January to March, 548 children were admitted for treatment of severe acute malnutrition (SAM) in Eswatini, Tanzania and Zambia, including 376 refugee children with SAM in Tanzania.

Regional Situation Overview & Humanitarian Needs

The Eastern and Southern Africa region (ESAR) is affected by recurrent disasters that are undermining the hard-fought development gains of recent years and resulting in major social and economic setbacks. In Eswatini, Lesotho, Rwanda, Tanzania, Zambia - the countries covered by this report- more than 1.6 million people, including over 790,000 children, are in need of humanitarian assistance due to climate-related shocks, health emergencies and displacement.

The Ebola Virus Disease outbreak in the North Kivu and Ituri provinces of the DRC continues to threaten neighbouring countries. As 1 April, more than 1100 people have been infected with the disease, including over 692 deaths since the outbreak was declared on 1 August 2018 (WHO). The response to the outbreak has been hampered by insecurity, frequent movement of people in the affected areas, and resistance from some communities, creating a high-risk of cross border transmission into neighbouring countries in the region. In response to this risk, UNICEF, along with the UNCTs, intensified preparedness levels against Ebola importation in Uganda, Burundi, South Sudan and Rwanda (priority one countries) and Angola, Tanzania and Zambia (priority two countries). Rwanda has 10 districts bordering the DRC and Uganda, and there are more than 10,000 daily travelers between Goma and Rwanda resulting in a high level of risk. During the reporting period, EVD was contained to the DRC and no confirmed cases in the ESAR.

Displacement continues to drive high assistance needs with 4.1 million refugees in the region - 25% of the total global refugee population. South Sudan and Burundi are the main sources of origin for refugees in ESA, while Uganda, Ethiopia, Angola, Tanzania and Rwanda are the main host countries. Armed conflict and political instability in South Sudan, Burundi and the DRC has led to growing humanitarian needs for children and their families, who have been forced to flee into neighbouring countries. Almost 60 per cent of the refugee population are children across the region. Between January and March, some 17,843 Congolese fled to neighbouring countries, with a significant increase in refugee flows to Uganda (UNHCR).

By March 2019, Tanzania hosted 325,291 refugees and asylum seekers. Of these, 282,650 are hosted in three refugee camps in Kigoma region (Nduta, Mtendeli and Nyarugusu), while 42,000 reside in villages and settlements across northwestern Tanzania. The majority of the refugees are Burundians (198,177 who have sought asylum in Tanzania since 2015). This number is added to the caseload of 84,473 refugees from DRC, many of whom have lived in Tanzania for the past 20 years. Fifty six percent of the refugee population are children under 18 years, and children under five comprise 20 per cent of the refugee population. Additionally, there are more than 7,500 unaccompanied and separated children in the camps receiving protection services. Tanzania has not received new asylum seekers from Burundi in either 2018 or 2019, which may be due to the continuing restrictions on access to territory since 2017, including closure of all border entry and reception points for Burundian asylum seekers in 2018.

Voluntary repatriation of Burundian refugees resumed in February 2019, after a temporary hold in mid-December 2018 due to lack of resources. The number of refugees registering for voluntary repatriation has decreased in 2019, with more than 50 per cent retractions, no shows and convoy dropouts reported since November 2018. Since the beginning of the voluntary repatriation exercise in September 2017, a total of 61,342 Burundian refugees have been assisted to return and another 20,000 refugees have shown interest to return. During the reporting period, 5278 Burundi refugees were returned to Burundi from Tanzania through the assisted repatriation programme.

According to UNHCR, there were 148,323 total refugees and asylum seekers in Rwanda as of 31 March. Of the total, 70,570 are individually registered Burundian refugees, while 75,212 are from the DRC. In addition, there were 642 groupregistered Burundian refugees and 1,848 Congolese asylum seekers. From January to March, there were 834 new arrivals (UNHCR). Children makeup 49 per cent of the Burundian refugee population. The Government of Rwanda established Mahama Refugee Camp in April 2015, which hosts 59,319 Burundian refugees, making it the largest refugee camp in Rwanda. In addition, there are over 12,000 Burundian refugees in the urban areas of Kigali and Huye.

By the end of March, there were 78,938 persons of concern 56,082 refugees and asylum seekers in Zambia (UNHCR). Of these, 45,805 are from the DRC and are 14,136 registered refugees (58 percent are children) residing in Mantampala settlement. Following the relative peace after the presidential election in the DRC, the number of refugees in Mantapala refugee settlement has remained stable with only 36 new arrivals in 2019. A smaller number of refugees and asylum seekers are from Burundi (5,583) and Somalia (3,262).

Food insecurity in southern Africa started atypically as early as September 2018 in some countries due to the poor 2018 harvest from prolonged dry spells during the second half of the 2017/2018 rainy season. Prolonged seasonal rainfall deficits since the beginning of the southern African monsoon have negatively impacted the grounds of many countries in the region, including southern Angola, northern Namibia, southern Zambia, and northern Zimbabwe. Many areas across the region are experiencing Crisis and Emergency (IPC Phase 3 and 4) outcomes. October 2018 to March 2019 IPC Regional Map showed areas of concern as southern Malawi, most of Zimbabwe, Grand Sud of Madagascar, southern Mozambique, western Zambia, southern Lesotho, and eastern Eswatini.

According to the findings of the November 2018 IPC assessment in Lesotho, an estimated 325,318 people (273,635 people in rural areas and 51,683 people in urban areas) are in need of humanitarian assistance. In the same period, Maseru, Mohale’s Hoek, Qacha’s Nek and Quthing districts were projected to be IPC Phase 3 (Crisis) or higher while the other six districts were projected to be in IPC Phase 2 (Stressed). Due to the deterioration of the humanitarian situation, the Government of Lesotho and partners undertook a rapid needs assessment in March 2019. The first set of results showed that 487,857 people (407,191 in rural areas and 80,666 in urban areas) are currently in need of humanitarian assistance, especially in the WASH, Health, Nutrition, Child Protection and HIV/AIDS sectors. Furthermore, 640,000 people in rural and urban areas are projected to be food insecure during the period July 2019-June 2020. According to the Lesotho Meteorological Services, in the period March-May 2019, below-normal rainfall is projected, further increasing the possibility of a negative impact on the winter planting and harvest.

In Eswatini, the 2018/2019 seasonal projection by the Department of Meteorology indicated normal to below normal rainfall from January to March 2019. However, cyclone activity along the Mozambican channel (peaking in January to February) influenced the weather pattern, which resulted in above normal rainfall, with national rivers reaching full capacity. With the current rainfall addressing drought projections, the Government focus has been on food insecurity as a result of limited crops. Food security remains a high priority with children at risk of severe acute malnutrition. The June 2018 Vulnerability Assessment and Analysis (VAA) report found that 165,723 people (79,547 children) are faced with acute food insecurity in the lean season.

In Zambia, the 2018/2019 season rainfall forecast was largely influenced by weak state of the El Nino Southern Oscillation and the country faced prolonged dry spell conditions especially in southern and western Zambia representing 51 out of 110 districts in Zambia. This impacted negatively on water supply and crop condition especially on the rural farming households; with projection of increased basic food prices, poor harvest for subsistence farmers, depletion of animal stock and drying of sources of water for humans and animals.

World: Global Weather Hazards Summary: May 24 – 30, 2019

Source: Famine Early Warning System Network
Country: Afghanistan, Angola, Benin, Burkina Faso, Cameroon, Costa Rica, Dominican Republic, El Salvador, Ethiopia, Ghana, Guatemala, Haiti, Honduras, Kazakhstan, Kenya, Kyrgyzstan, Namibia, Nicaragua, Nigeri...

Mission News Theme by Compete Themes.

Notice: Undefined index: name in /home/southsudan/public_html/wp-content/plugins/propellerads-official/includes/class-propeller-ads-anti-adblock.php on line 196